Les émotions positives sont là pour designer vos expériences heureuses. 

C’est un fait. Les chercheurs ont beaucoup plus travaillé sur les émotions négatives que sur les émotions positives.

Les émotions positives nous aident à construire une meilleure version de nous-même.

Les émotions positives ne sont pas permanentes.  Elles vont et viennent comme toutes les émotions d’ailleurs, à la différence  qu’elles sont beaucoup plus subtiles et moins marquées  que les émotions négatives. Toujours à  la différence des émotions négatives, nous recherchons leurs effets, le fameux « feel good factor ». Nous souhaitons qu’elles se renouvellent car elles sont des expériences heureuses.

Les émotions positives ne doivent pas être confondues avec le plaisir, autre état d’esprit psychologique. Le plaisir est ce que vous obtenez quand vous donnez à votre corps ce dont il a besoin. Les émotions tiennent également  compte de nos besoins physiques, mais elles s’assurent aussi de combler nos besoins psychiques et émotionnels.  Elles sont, en fait, des révélateurs de besoins. Grâce aux émotions nous pouvons mieux définir ce qu’il nous faut et ainsi construire  la meilleure  version de nous-même. 

Le bonheur ? Une suite d’émotions positives à  construire au jour le jour pour bénéficier de ses  effets concrets.

Les émotions positives sont clé  dans notre développement personnel. On sait que les émotions négatives réduisent nos facultés cognitives en nous mettant en mode alerte et survie. Et de fait, la réaction prime sur la réflexion.  On sait moins que les émotions positives, elles, encouragent la gratitude, la résilience et ouvrent le champ des possibles.

Mais quelles sont ces émotions?  Derrière l’émotion primaire qui est la joie se rangent pleins de sentiments qui sont pour ne citer que quelques uns, la gratitude, l’amusement,  l’intérêt, l’inspiration…ces sentiments sont autant de petites rivières  qui se jettent dans le fleuve Bonheur.Le bonheur est donc la résultante de tous ces petits moments positifs.

Il faut savoir détecter  ce qui nous met sur la spirale ascendante ou descendante des émotions. Cette dynamique doit être identifiée pour une meilleure gestion de notre intelligence émotionnelle. Ces spirales seront les indicateurs de notre bien -être  ou mal être  dans la vie professionnelle ou personnelle. 

Pour en revenir aux  émotions positives,  les recherches scientifiques nous éloignent  de tout angélisme. En effet, les deux dernières décennies ont démontrés  les corrélations entre  les émotions positives et  la longévité qui peut atteindre jusqu’à  10 ans de plus chez certains sujets qui ont un excellent  équilibre  émotionnel.  

Le nombre d’émotions positives qu’une personne ressent sur la durée  indique son niveau de satisfaction  dans la vie. Non pas que cette personne n’ait pas de moments difficiles, simplement son état d’esprit et ses ressources font que la balance penche souvent du bon côté. 

Ce qui  m’amème à  penser que le bonheur n’est pas une fin en soi mais bien une suite d’émotions positives construites au jour le jour. En Occident, le bonheur est lié  à  la perception que les gens ont d’un accomplissement qui les distingue des autres. En Asie et en Afrique, le bonheur  est lié  aux situations qui créent  des émotions positives et des connexions avec les autres. Sans généraliser, Les latins célébreront plus volontiers les émotions quand les américains célébreront la réussite. Il y a cependant un dénominateur commun à tous, l’ émotion positive nous rapproche les uns des autres et nous unie.  Il n’y a qu’à voir les inconnus dans les rues quans ils célèbrent  la victoire de leur équipe  de foot. Ils sont tous frères  à  ce moment d’intense émotion positive.

Mais il y a plus que cela.

Les émotions positives nous permettent de mieux cerner nos objectifs et de mettre du sens dans nos vies. Nous sommes davantage connectés aux autres. D’un point de vue physiologique, les recherches montrent un meilleur système immunitaire, moins de troubles musculo-squelettiques et moins de stress. Il est également  plus facile de gérer notre charge de travail car on atteint plus facilement le flow. La créativité  et la résolution des problèmes sont facilités puisque notre réflexion devient plus large et holistique. 

Émotions positives : de la reconnaissance faciale au ratio de positivité 

Le relationnel est aussi largement facilité grâce  aux émotions positives. Des recherches menées  par Kareem Johnson démontrent que leur absence limite la reconnaissane faciales entre origines ethniques différentes. Si je suis dans une émotion positive, je reconnais l’autre et je me connecte à  lui. Il n’est plus objet mais bien sujet.

Dernier point et non des moindres. Une étude reposant sur des modèles  mathématiques  à été  menée  par Marcial Losada et conclut  suite à l’observation des équipes de travail en réunion, que l’on peut évaluer un ratio de positivité  qui prédit le succès  ou l’échec de l’équipe.  J’ai envie de vous dire que ce ratio fonctionne pour les couples également  :-). Très  brièvement  il s’agit de compter le nombres de phrases positives, négatives et neutres et d’observer si  l’attention des participants est tournée  vers le groupe ou hors groupe.

Les équipes performantes ont 6 déclarations positives versus 1 négative. Il y a un équilibre entre les arguments auto-centrés  et ceux qui concernent le groupe.

L’équation de Losada se rapproche de celle du système  de Lorentz qui a conduit à la théorie du chaos plus connue sous le nom de l’effet papillon: le battement des ailes d’un papillon dans un coin du monde, peut déclencher une série d’événements et un ouragan  à  l’ autre  bout de la terre.

Nous sommes les sculpteurs de nos vies émotionnelles et nous devons avoir la capacité d’exprimer nos émotions pour mieux prendre soin de nos besoins. Le ratio 5 émotions positives transmises vs 1 négative, crée de solides équipes, de solides relations client et de solides mariages. 

Comme l’appliquer revient à revoir son comportement et son système de pensé, commencez déjà par appliquer le ratio 3:1.

S’épanouir est une décision 

D’un point de vue général, il y a une décision à  prendre qui est celle de s’épanouir ou pas.Il ne s’agit pas de supporter « parce que c’est la vie », je préfère  encourager la résilience; il ne s’agit pas  non plus de se mettre en pilote automatique, vous ne voyagez pas, mais êtes  ballotté sans conscience aucune.

 Il est temps de chercher à  s’épanouir, c’est à dire de commencer à  vivre dans une vie qui vous ressemble et dans laquelle vous vous sentirez bien. Une vie où  vous contribuez, vous vous développez  et où vous apprenez en continue. 

Savez- vous que 60%  des personnes qui reçoivent un placebo pour la dépression vont mieux? Soyez votre propre placebo et commencez à  designer vos expériences heureuses, pour vous , pour vos collaborateurs et pour vos clients et partenaires. Je vous invite à rentrer dans votre zone « gentiment imprévisible ». Personne ne grandit en faisant la même chose chaque jour.Explorer les possibilités que la vie offre est une belle façon de commencer à s’épanouir et d’avoir les ressources nécessaires pour faire face aux aléas. 

Quel est votre plus petit pas possible pour commencer à  changer ? Je vous en recommande un  facile à  appliquer avec un peu de discipline et de pleine conscience : quand la prochaine expérience heureuse vous arrivera, faites une pause et savourez-la tranquillement pendant 60 secondes.Restez dans l’instant et imprégnez-vous de l’émotion. Enjoyez!

Publicités

Votre partage d'expérience est le bienvenu!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s